Récemment paru: Cécile Caby, A propos d’un éloge d’Arezzo (et de ses hommes illustres)

Cécile Caby « Attorno a un anonimo elogio di Arezzo (e dei suoi uomini illustri) della seconda metà del Quattrocento: una retorica umanistica di provincia? », Atti e Memorie dell’Accademia Petrarca di lettere arti e scienze, n. s., LXXXI, 2019, p. 75-105 [paru janvier 2021]

L’article examine et édite un discours anonyme, prononcé devant les prieurs d’Arezzo pour leur entrée en charge, au milieu du XVe siècle. Le discours qui dresse un éloge de la ville et de ses hommes illustres peut être comparé à d’autres éloges contemporains pour mettre en évidence l’émergence d’un certain nombre de clichés construisant l’auto-représentation arétine, au sein d’un modèle – celui de la célébration épidictique des villes – qui connaissait alors un grand succès. Ce discours se signale en effet comme un parfait exemple de l’acclimatation au quotidien de la vie politique et sociale des villes italiennes d’une rhétorique humaniste en plein développement. A ce titre, il n’est pas surprenant que l’éloge accorde une place de choix aux hommes illustres d’Arezzo.

Vespasiano da Bisticci, Commentario della vita di messere Giannozo Manetti. Edizione critica e commento a cura di Wi-Seon Kim

Vespasiano da Bisticci (1422-1498), producteur et commerçant de livres manuscrits à Florence, après avoir mis fin à son activité libraire en 1479, se consacra à l’écriture des vies d’hommes illustres de son temps, le Vite di uomini illustri. Parmi ces biographies, celle de Giannozzo Manetti (1396-1459) intitulée Comentario della vita di messere Giannozo Manetti occupe une place particulière. Le livre de Wi-Seon Kim, issu de sa thèse de doctorat sous la direction du professeur Riccardo Fubini, fournit une édition critique du texte sur la base des six manuscrits transmettant le Comentario. Mais il y a bien plus dans ce précieux ouvrage: dans l’introduction et le commentaire historique, l’auteure fournit des mises à jour inédites sur l’itinéraire biographique de Vespasiano et son œuvre. L’analyse à nouveaux frais des motivations et de la chronologie de la rédaction du Comentario della vita di messere Giannozo Manetti, mais aussi de la réception du texte permet de souligner le profil politique de Vespasiano et de proposer l’hypothèse selon laquelle l’œuvre, conçue comme un brulot politique, aurait été composée dans le contexte troublé, consécutif à la conjuration des Pazzi, dans une perspective hostile au régime des Médicis au pouvoir.

Vespasiano da Bisticci, Comentario della vita di messere Giannozo Manetti. Eedizione critica e commento a cura di Wi-Seon Kim, Firenze : Edifir, 2019. 310 p.

L’ÉPITAPHE COMME «EXEMPLUM VIRTUTIS»

Ginette Vagenheim, chercheuse résidente à l’École française de Rome en 2019 dans le cadre du programme « Homillustres », a publié, à l’issue de son séjour, un article intitulé: L’épitaphe comme « exemplum virtutis » dans les Macrobies des « Antichi eroi et huomini illustri » de Pirro Ligorio (1512 c.–1583)

ROME, 11-12 MARS 2021 : ÉGLISE(S) ET VIES DES GRANDS HOMMES. LES RENOUVELLEMENTS DE LA BIOGRAPHIE RELIGIEUSE ENTRE RENAISSANCE ET REFORMES

Le nouveau programme est désormais disponible

Colloque international, Rome, 12-13 mars 2020 / reporté 11-12 mars 2021 en modalité hybride

Programme Église(s) et Grands hommes 2021

Pour obtenir les liens de connexion écrire à Cécile Caby ou Grazia Perrino

La représentation en série des « grands hommes » se déploie tous azimuts dans la production littéraire et artistique de l’Europe, entre fin du Moyen Âge et première modernité, devenant un instrument d’exaltation d’individus contemporains, une modalité d’écriture de l’histoire du temps présent et de mise en scène de la gloire et du triomphe des institutions. Loin de se cantonner aux portraits des princes et des rois, des hommes de guerre ou des lettrés et artistes laïcs, le motif des hommes illustres pénètre au cœur de l’institution ecclésiale de deux façons parallèles et souvent entrelacées :

–         D’une part, les catalogues d’hommes illustres quels qu’ils soient (recueils, cycles peints ou gravés etc.) englobent en leur sein des papes, évêques, frères et autres clercs, sans parler des hommes d’armes au service de la respublica christiana, incorporés à un titre ou à un autre aux formes de la gloire du présent ;

–         D’autre part, l’Église romaine ou certains groupes en son sein – comme les ordres religieux –, puis les différentes Églises réformées surent capter à leur profit les potentialités de cette nouvelle forme d’écriture biographique et historique qui dépassait en réalité les seules collections d’hommes illustres, pour se déployer largement dans toutes les déclinaisons de la rhétorique eulogique.

Ainsi, s’interroger sur les renouvellements de la biographie religieuse entre Renaissance et réformes permet de parcourir deux pistes d’analyse, trop souvent oubliées dans l’historiographie : l’une relative à l’évolution des formes de représentation des mondes ecclésiaux et de leur histoire au travers des portraits d’hommes illustres, l’autre attentive à la promotion des nouvelles pratiques culturelles humanistes au service de la construction et de la promotion des identités religieuses. Continuer la lecture de « ROME, 11-12 MARS 2021 : ÉGLISE(S) ET VIES DES GRANDS HOMMES. LES RENOUVELLEMENTS DE LA BIOGRAPHIE RELIGIEUSE ENTRE RENAISSANCE ET REFORMES »

Les hommes de l’ombre

École française de Rome, vendredi 10 janvier 2020, 16-18h

La réussite de l’humanisme comme mouvement culturel tient pour une grande part aux opérations d’auto-promotion menées par ses instigateurs. Une histoire écrite par en-haut se laisse facilement abuser par le miroir que ces héros tendent à la postérité. D’où l’intérêt qu’il y a, à l’inverse, à tâcher de reconstruire et comprendre de l’intérieur la carrière de personnages de second plan. Girolamo Aliotti, Arétin de naissance, moine bénédictin de profession et observateur attentif des pratiques intellectuelles de son temps, produisit et fit circuler une œuvre abondante, très largement autobiographique, qui constitue un point d’observation exceptionnel pour éclairer le fonctionnement des réseaux intellectuels et monastiques de l’Italie du XVe siècle, ainsi que certains traits caractérisants de l’humanisme dont il fit un élément essentiel de sa stratégie d’affirmation sociale. Un siècle plus tôt, Opicino de Canistris offre le cas d’un semi-lettré aux ambitions littéraires bridées par la ruine familiale, qui produit en secret, pour lui seul, un ensemble de notes intimes, cartes et schémas, dans lesquels on peut déchiffrer les tourments d’un prêtre séculier, devenu scribe de l’administration papale. Ces deux dossiers qui permettent de mener une histoire culturelle par en-bas procurent une vision plus riche des courants et institutions culturelles du Moyen Âge tardif.

Cécile Caby (Lyon 2), Michele Lodone (Università Ca’ Foscari Venezia, ERC BIFLOW), Giacomo Mariani (Società di Studi Valdesi) et Sylvain Piron (EHESS) discuteront ces questions autour des deux ouvrages de : Cécile Caby, Autoportrait d’un moine en humaniste. Girolamo Aliotti (1412-1480), Roma : Edizioni di Storia e Letteratura, 2018 (Libri, carte, immagini 10) et Sylvain Piron, Dialettica del mostro, Traduzione di Angela Guidi Nissim, Milano, Adelphi, 2019 (Imago, 4)

Les « Hommes illustres » entre mondes chrétiens et musulmans

Dans le cadre du programme Hommes illustres, Cécile Caby (CIHAM, Lyon2) et Aurélien Montel (CIHAM, Lyon2) organisent une journée d’études à Lyon  sur les « Hommes illustres » entre mondes chrétiens et musulmans, le jeudi 15 novembre 2018, Amphi Huvelin (Lyon 3, 15 quai Claude Bernard Lyon 7e) Continuer la lecture de « Les « Hommes illustres » entre mondes chrétiens et musulmans »

Anne Huijbers, Zealots for Souls. Dominican Narratives of Self Understanding during Observant Reforms, c. 1388-1517

Présentation du livre de Anne Huijbers, Zealots for Souls. Dominican Narratives of Self Understanding during Observant Reforms, c. 1388-1517, De Gruyter, 2018 Continuer la lecture de « Anne Huijbers, Zealots for Souls. Dominican Narratives of Self Understanding during Observant Reforms, c. 1388-1517 »