Entretien avec Susanna Allés-Torrent, participante au projet Hommes illustres

Susanna Allés-Torrent (Univ. Miami) a été cette année chercheuse résidente à l’École française de Rome, pour approfondir ses travaux sur les recueils biographiques d’hommes et de femmes illustres dans la péninsule Ibérique au XVe siècle, en lien avec la diffusion de la culture humaniste.

Un entretien peut être consulté ici :

Susanna Allés-Torrent. Intervista a una ricercatrice residente dell’École française de Rome.

ROME, 11-12 ou 18-19 MARS 2021 : ÉGLISE(S) ET VIES DES GRANDS HOMMES. LES RENOUVELLEMENTS DE LA BIOGRAPHIE RELIGIEUSE ENTRE RENAISSANCE ET REFORMES

Nous organisons le report du colloque initialement prévu en mars 2020 en mars 2021 (11-12 ou 18-19): merci de votre patience!

Colloque international, Rome, 12-13 mars 2020 / reporté 11-12 ou 18-19 mars 2021

Programme Eglise(s) et vie des Grands Hommes

La représentation en série des « grands hommes » se déploie tous azimuts dans la production littéraire et artistique de l’Europe, entre fin du Moyen Âge et première modernité, devenant un instrument d’exaltation d’individus contemporains, une modalité d’écriture de l’histoire du temps présent et de mise en scène de la gloire et du triomphe des institutions. Loin de se cantonner aux portraits des princes et des rois, des hommes de guerre ou des lettrés et artistes laïcs, le motif des hommes illustres pénètre au cœur de l’institution ecclésiale de deux façons parallèles et souvent entrelacées :

–         D’une part, les catalogues d’hommes illustres quels qu’ils soient (recueils, cycles peints ou gravés etc.) englobent en leur sein des papes, évêques, frères et autres clercs, sans parler des hommes d’armes au service de la respublica christiana, incorporés à un titre ou à un autre aux formes de la gloire du présent ;

–         D’autre part, l’Église romaine ou certains groupes en son sein – comme les ordres religieux –, puis les différentes Églises réformées surent capter à leur profit les potentialités de cette nouvelle forme d’écriture biographique et historique qui dépassait en réalité les seules collections d’hommes illustres, pour se déployer largement dans toutes les déclinaisons de la rhétorique eulogique.

Ainsi, s’interroger sur les renouvellements de la biographie religieuse entre Renaissance et réformes permet de parcourir deux pistes d’analyse, trop souvent oubliées dans l’historiographie : l’une relative à l’évolution des formes de représentation des mondes ecclésiaux et de leur histoire au travers des portraits d’hommes illustres, l’autre attentive à la promotion des nouvelles pratiques culturelles humanistes au service de la construction et de la promotion des identités religieuses. Continuer la lecture de « ROME, 11-12 ou 18-19 MARS 2021 : ÉGLISE(S) ET VIES DES GRANDS HOMMES. LES RENOUVELLEMENTS DE LA BIOGRAPHIE RELIGIEUSE ENTRE RENAISSANCE ET REFORMES »

Les hommes de l’ombre

École française de Rome, vendredi 10 janvier 2020, 16-18h

La réussite de l’humanisme comme mouvement culturel tient pour une grande part aux opérations d’auto-promotion menées par ses instigateurs. Une histoire écrite par en-haut se laisse facilement abuser par le miroir que ces héros tendent à la postérité. D’où l’intérêt qu’il y a, à l’inverse, à tâcher de reconstruire et comprendre de l’intérieur la carrière de personnages de second plan. Girolamo Aliotti, Arétin de naissance, moine bénédictin de profession et observateur attentif des pratiques intellectuelles de son temps, produisit et fit circuler une œuvre abondante, très largement autobiographique, qui constitue un point d’observation exceptionnel pour éclairer le fonctionnement des réseaux intellectuels et monastiques de l’Italie du XVe siècle, ainsi que certains traits caractérisants de l’humanisme dont il fit un élément essentiel de sa stratégie d’affirmation sociale. Un siècle plus tôt, Opicino de Canistris offre le cas d’un semi-lettré aux ambitions littéraires bridées par la ruine familiale, qui produit en secret, pour lui seul, un ensemble de notes intimes, cartes et schémas, dans lesquels on peut déchiffrer les tourments d’un prêtre séculier, devenu scribe de l’administration papale. Ces deux dossiers qui permettent de mener une histoire culturelle par en-bas procurent une vision plus riche des courants et institutions culturelles du Moyen Âge tardif.

Cécile Caby (Lyon 2), Michele Lodone (Università Ca’ Foscari Venezia, ERC BIFLOW), Giacomo Mariani (Società di Studi Valdesi) et Sylvain Piron (EHESS) discuteront ces questions autour des deux ouvrages de : Cécile Caby, Autoportrait d’un moine en humaniste. Girolamo Aliotti (1412-1480), Roma : Edizioni di Storia e Letteratura, 2018 (Libri, carte, immagini 10) et Sylvain Piron, Dialettica del mostro, Traduzione di Angela Guidi Nissim, Milano, Adelphi, 2019 (Imago, 4)

Compte-rendu du colloque « Panthéons de la Renaissance » (Rome, EFR, 30 nov.-1er déc. 2018)

Le colloque « Panthéons de la Renaissance » organisé par Élisabeth Crouzet-Pavan (Sorbonne Université), Jean-Baptiste Delzant (Aix-Marseille Université) et Clémence Revest (CNRS) s’est tenu à l’École française de Rome les 30 novembre et 1er décembre 2018. Il s’inscrit dans le programme de recherche « Hommes illustres. Métamorphoses et enjeux d’un répertoire multimémoriel, Italie/Europe, 1300-1700 » initié en 2017 par Concetta Bianca (Université de Florence), Cécile Caby (Université Lyon 2), Elisabeth Crouzet-Pavan et Clémence Revest. Après le mot d’accueil de Pierre Savy (EFR), Clémence Revest a rappelé en introduction l’objectif de cette rencontre : proposer une vue d’ensemble des répertoires des femmes et des hommes illustres pour en comprendre les enjeux et en souligner les liens avec l’élaboration d’une conscience historique nouvelle. Ces deux journées ont permis de proposer un premier parcours entre perpétuation et mutations des répertoires du XIVe au XVIIIe siècle.

Jacqueline Cerquiglini-Toulet (Sorbonne Université) a ouvert le colloque en présentant la création du genre des femmes illustres dans le De mulieribus claris de Boccace. L’œuvre, qui innove en isolant des Vies de femmes, a donné lieu à de nombreuses traductions en France et en Europe. Elle a notamment nourri La Cité des dames de Christine de Pisan qui s’approprie les Vies de Boccace pour servir une argumentation originale et se taille ainsi une place de choix dans le genre naissant des femmes illustres. Johannes Bartuschat (Université de Zurich) a poursuivi la réflexion sur les femmes illustres à partir de la réception du De Claris mulieribus par Giuseppe Betussi qui le traduit en italien et le complète de nouvelles Vies en 1545 et 1547. Chez cet auteur, l’individualité des femmes disparaît derrière des idéaux féminins universels et conduit à une picturalisation des Vies. Les biographies de Boccace se transforment en portraits.

Dans son exposé, Aurélien Robert (CNRS) s’est attaché à étudier les Vies de philosophes dans les biographies collectives pour analyser l’évolution de ce genre entre le Moyen Âge et la Renaissance. Dans la tradition médiévale de ces recueils de Vies, dont le plus éminent représentant est Jean de Galles, le lecteur est invité à butiner dans l’enseignement de ces philosophes. Avec l’humanisme, les Vies de philosophes se réduisent et ne livrent plus le contenu de leur philosophie, mais seulement des détails biographiques. D’instruments d’étude de la philosophie antique les répertoires se muent en une sorte de « Who’s who » philosophique. Jean-Baptiste Delzant quant à lui a illustré l’utilisation des listes d’hommes illustres par les seigneurs italiens à la fin du Moyen Âge, à travers des cycles peints. Par leur ampleur en nombre et en taille, ces listes d’hommes illustres servent d’instrument pictural de promotion aux seigneurs : ceux-ci, en effet, s’attribuent des généalogies fictives et réinvestissent les vertus de modèles antiques par la seule puissance d’évocation de ces cycles, sans que les modèles soient toujours bien identifiés.

Erminia Irace (Université de Pérouse) s’est interrogée sur la façon dont Biondo Flavio dans l’Italia Illustrata (1474) crée des généalogies aux hommes d’armes. Cette œuvre, qui veut expliquer et louer l’Italie, consacre d’amples digressions aux condottières pour en faire, avec les seigneurs, les principaux protagonistes et les grands hommes contemporains de la péninsule. Afin d’approfondir l’utilisation des figures antiques par les seigneurs de la Renaissance, Marilena Caciorgna (Université de Sienne) a étudié les figures de femmes illustres dans l’art du XVIe siècle. Son analyse révèle comment les figures antiques de Thésée et d’Ariane abandonnée, reprise à la tradition ovidienne, sont réinvesties, notamment par Jean des Bandes Noires et sa mère Catherine Sforza dans un panneau de la collection Campana du musée du Petit Palais d’Avignon.

 De l’autre côté de la mer Adriatique, Luka Špoljarić (Université de Zagreb) a mis en évidence la façon dont les humanistes dalmates élaborèrent leur propre liste d’hommes illustres. Les Vies de ces hommes ont servi à créer des héros aux Dalmates pour se construire comme « nation », et plus précisément comme «nation » lettrée.  Ce mouvement a fait de la figure de saint Jérôme l’un des principaux héros du panthéon dalmate. Pour clore la première journée, Guy Le Thiec (Aix-Marseille Université) a retracé le projet du Museo de Paolo Giovo. Ce Museo n’est pas un musée au sens actuel du terme, mais une villa placée sous le patronage des muses et conçue autour d’une collection de 350 portraits d’hommes illustres, qui se veut un temple de la virtù universelle. Cette universalité est d’ailleurs marquée par l’entrée des Grands Turcs dans le répertoire.

La seconde journée s’est ouverte avec la communication de Jean Balsamo (Université de Reims) portant sur la manière dont Montaigne traite des hommes et des femmes illustres dans les Essais. Or l’auteur se révèle critique dans l’éloge des grands hommes de son temps, refusant toute idéalisation. Une figure reste néanmoins à part, celle de Marie de Gournay, l’éditrice de l’édition des Essais de 1595. Montaigne fait en effet un éloge de cette « fille d’alliance » qui est pour lui la lectrice parfaite, et à qui il prête la qualité qui est pour lui toute masculine : l’amitié. Toujours à propos de Montaigne, Philippe Desan (Université de Chicago) a détaillé la lente construction de sa gloire et sa difficile acceptation en tant qu’homme illustre. Les élites intellectuelles gardent longtemps une vision ambigüe et partagée de Montaigne, qui se voit à plusieurs reprises exclu du cercle des grands hommes, malgré le succès ses Essais parmi un lectorat « moyen ». Il faut attendre le début du XIXe siècle pour qu’il devienne un grand homme de lettres.

Au siècle suivant, Christian Jouhaud (EHESS) a présenté l’histoire du double échec d’une Vie, celle de Michel de Marillac (1563-1632), qui fut garde des Sceaux avant d’être disgracié et de mourir emprisonné. Sa Vie écrite par Lefèvre de Lezeau dans un style hagiographique, qui se concentre sur sa grande piété et non sur ses positions politiques, n’a jamais réussi à être publiée. Probablement à cause de la concurrence d’autres personnes pour qui la sainteté était plus manifeste, ou pour qui l’opposition politique était plus superbe. Michel de Marillac ne deviendra ni un saint ni un grand homme. Oded Rabinovitch (Université de Tel-Aviv) a mis en évidence le tournant que constitue le livre des Hommes illustres (1696) de Charles Perrault commandé par Michel Bégon. Cet ouvrage de cent-deux notices d’illustres Français incarne les changements d’écriture biographique de la fin du XVIIe siècle. Ce qui compte désormais, ce n’est plus tant la glorification individuelle des hommes que celle de la France. De ce fait, l’auteur prend soin de gommer certains épisodes de ces Vies, et chaque biographie est associée à un portrait, contribuant à créer un panthéon pictural français.

Catherine Kikuchi (Université de Versailles Saint-Quentin) s’est interrogée sur le succès des grands recueils d’hommes illustres, notamment ceux du Trecento, dans les programmes éditoriaux au début de l’imprimerie. De ses analyses il est apparu que le recueil de Pétrarque est quasiment absent dans l’imprimerie au XVe et au début XVIe siècle, alors que les recueils de Boccace connaissent une grande fortune éditoriale. Cette situation révèle le conservatisme des imprimeurs dans leurs choix éditoriaux. Naïma Ghermani (Université Grenoble-Alpes) a livré une étude sur les galeries d’armures incarnant les grands hommes dans l’Empire germanique. Ces armures sont mises en scène lors de parades à l’antique et dans des bâtiments construits ad hoc pour créer des galeries d’armures destinées à glorifier le corps héroïque des princes. Cette pratique atteint un sommet avec Ferdinand II de Tyrol.

Roberto Bizzocchi (Université de Pise) a clos le colloque avec une communication sur le rapport entre grandeur individuelle et collective à travers les recueils d’hommes illustres. Au XVIe siècle la fama individuelle est liée principalement à la généalogie, mais aussi à la corporation ou à la cité. Le cadre d’interprétation principal de la virtù est donc lié à la naissance. Or, ce cadre est remis en cause par les Lumières. On passe alors à la grandeur proprement individuelle. Par conséquent, la nature de cette grandeur change : ce qui compte n’est plus l’exceptionnel dont l’exemple le plus typique est le fait d’armes, mais ce qui est grand dans son utilité sociale comme les œuvres d’art.

En conclusion, Clémence Revest s’est réjoui de l’efficacité de cette rencontre transdisciplinaire et transpériodique pour appréhender les variations du répertoire des hommes illustres et l’importance qu’il a pu prendre dans les transformations du discours historique.

Éric Védrenne

Master Mondes Médiévaux, Université Lumière-Lyon 2

 

Colloque « Panthéons de la Renaissance », École française de Rome, 30 novembre-1er décembre 2018

PANTHEONS DE LA RENAISSANCE

 Représentation des grands hommes et mythologie du temps présent (Italie/Europe, 1300-1700)

Rome, École française de Rome, 30 novembre-1er décembre 2018 

Coorganisation : É. Crouzet-Pavan, J.-B. Delzant, C. Revest                          Comité scientifique : C. Bianca, C. Caby, É. Crouzet-Pavan, J.-B. Delzant, C. Revest

Institutions partenaires : École française de Rome, Université Paris-Sorbonne (Centre Roland Mousnier, Labex Écrire une Histoire nouvelle de l’Europe, Axe 3 « L’humanisme européen »)

Programme

Vendredi 30 novembre – Matin

9h Élisabeth Crouzet-Pavan (Sorbonne Université), Clémence Revest (CNRS-Centre Roland Mousnier), Jean-Baptiste Delzant (Aix-Marseille Université) Accueil des participants et introduction du colloque

Traditions et pratiques d’un genre à la fin du Moyen Âge

Présidence : Clémence Revest

9h30 Jacqueline Cerquiglini-Toulet (Sorbonne Université) La vie des femmes célèbres constitue-t-elle un genre à la fin du Moyen Âge ?

10h Johannes Bartuschat (Université de Zurich) Le De mulieribus claris de Boccace à la Renaissance

11h30 Aurélien Robert (CNRS-Centre d’Études Supérieures de la Renaissance) Les Vies de philosophes : évolution d’un genre littéraire entre Moyen Âge et Renaissance

12h Jean-Baptiste Delzant  (Aix-Marseille Université) Pour le lustre des seigneurs. Le recours aux hommes illustres dans les seigneuries urbaines (Italie, fin du Moyen Âge)

Après-midi

Les Héros des temps renaissants

Présidence : Concetta Bianca

14h30 Erminia Irace (Université de Pérouse) Una genealogia per descrivere l’attualità : gli uomini d’arme nell’Italia illustrata di Biondo Flavio

15h Marilena Caciorgna (Université de Sienne) Heroum virtutes. Uomini illustri, Donne famose nell’arte del Rinascimento : identità e tradizione

Présidence : Cécile Caby

16h Luka Spoljaric (Université de Zagreb) Dalmatian Humanists and their Heroes

16h30 Guy Le Thiec (Aix-Marseille Université) Du Museo  à l’illustration : la fabrique d’hommes illustres de Paolo Giovio

Samedi 1er décembre – Matin

Devenir un homme illustre, dans la France moderne

Présidence : Élisabeth Crouzet-Pavan

9h Jean Balsamo (Université de Reims) Un Panthéon critique: les Essais de Montaigne

9h30 Philippe Desan (Université de Chicago) Illustre Montaigne ? La lente construction d’une gloire littéraire

11h Christian Jouhaud (École des Hautes Études en Sciences Sociales) Histoire de l’échec d’une Vie : ni paradis des saints ni panthéon pour Michel de Marillac (1563-1632)

11h30 Oded Rabinovitch (Université de Tel Aviv) Les Hommes illustres de Charles Perrault (1696) : nation, siècle, media

Après-midi

Les voies multiples d’un imaginaire

Présidence : Jean-Baptiste Delzant

14h Catherine Kikuchi (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) Les hommes illustres sous presses : éditions et reprises du genre dans l’imprimerie européenne au XVe et au début du XVIe siècle

14h30 Naïma Ghermani (Université Grenoble-Alpes) Une galerie incarnée des grandes hommes : les collections d’armures dans l’Empire au XVIe siècle

15h Roberto Bizzocchi (Université de Pise) Uomini illustri, famiglie illustri. Mitologie antiche e moderne

Discussions conclusives

Les « Hommes illustres » entre mondes chrétiens et musulmans

Dans le cadre du programme Hommes illustres, Cécile Caby (CIHAM, Lyon2) et Aurélien Montel (CIHAM, Lyon2) organisent une journée d’études à Lyon  sur les « Hommes illustres » entre mondes chrétiens et musulmans, le jeudi 15 novembre 2018, Amphi Huvelin (Lyon 3, 15 quai Claude Bernard Lyon 7e) Continuer la lecture de « Les « Hommes illustres » entre mondes chrétiens et musulmans »

Anne Huijbers, Zealots for Souls. Dominican Narratives of Self Understanding during Observant Reforms, c. 1388-1517

Présentation du livre de Anne Huijbers, Zealots for Souls. Dominican Narratives of Self Understanding during Observant Reforms, c. 1388-1517, De Gruyter, 2018 Continuer la lecture de « Anne Huijbers, Zealots for Souls. Dominican Narratives of Self Understanding during Observant Reforms, c. 1388-1517 »

Vespasiano da Bisticci

Projet éditorial 2017-2021 : 

Constituer un guide de lecture autour des Vite de Vespasiano da Bisticci 

Première réunion éditoriale : Rome, Ecole française de Rome, 6 octobre 2017

Les notices biographiques en langue vernaculaire composées par le libraire florentin Vespasiano da Bisticci dans les années 1480 environ, et consacrées à ses contemporains illustres (principalement des prélats, des seigneurs et des lettrés), ont constitué de très longue date une source documentaire de première importance pour les érudits. Editées notamment par Aulo Greco en 1970-1977, ces Vite sont à la fois une mine d’informations, une œuvre qui renvoie de façon originale à l’essor d’un genre biographique consacré aux temps présents, et un produit culturel inscrit au coeur de l’humanisme florentin du Quattrocento. Mais, paradoxalement, elles ont suscité assez peu de réflexions critiques (surtout au regard de l’usage qui en est fait) et n’ont fait l’objet ni de monographies, ni de programmes de recherche collective spécifiquement dédiés. Le recueil des Vite demeure à ce titre nimbé d’un certain mystère et nombre de questions restent en suspens même pour les chercheurs qui les utilisent fréquemment dans leurs travaux.

Ce projet éditorial, qui constitue l’un des volets du programme de recherches « Hommes illustres » vise à ce titre à constituer collectivement un instrument de travail pluridisciplinaire pour qui s’intéresse aux Vite et entend les aborder avec la distance critique indispensable. Il s’agit de réunir des contributions concernant, entre autres, les traditions manuscrites des Vite, leur contexte de production, la construction du ou des recueils, le choix des individus, les sources de Vespasiano, sa langue etc. Il s’agit aussi, en s’appuyant sur les éditions déjà existantes, de constituer certains outils (tels que des index) qui manquent cruellement à l’heure actuelle.

Dans cette optique, un premier atelier a été le 6 octobre 2017 à Rome afin de poser les premiers jalons de l’ouvrage à venir.

Présentation du projet

Uomini famosi, illustres viri, grands hommes… Qu’il prenne la forme de recueils de notices biographiques, de séries de portraits peints, de collections d’épitaphes ou encore de simples listes de noms, l’imaginaire des grands hommes envahit de manière spectaculaire la création savante et artistique de l’Italie, entre fin du Moyen Âge et première modernité. Dans un espace qui fut le laboratoire culturel de l’Europe renaissante, ce répertoire mémoriel s’impose comme un motif majeur, qui fait converger divers registres (dévotionnel, courtois, humaniste) et collaborer les pratiques littéraires (en langue latine ou vernaculaire) et artistiques. Aux côtés des hommes de pouvoir et de guerre apparaissent les écrivains et les artistes, et, à la suite des figures illustres des siècles passés, certains contemporains y trouvent bientôt leur place. Au cœur de ce déploiement de figures héroïques, masculines mais également féminines, se joue l’affirmation d’une conscience historique nouvelle dont nous voudrions faire émerger les modèles, les usages et les évolutions, par une démarche globale inédite qui ne s’interdira pas les comparaisons avec d’autres espaces européens.

Le projet se déploie suivant quatre perspectives : 

  • L’élaboration  et la mise en scène d’une mythologie du temps présent ;
  • La pratique renouvelée de la biographie religieuse sous l’impulsion de la culture humaniste ;
  • Le cas des Vite di Uomini illustri de Vespasiano da Bisticci ;
  • L’essor d’un répertoire polymorphe de lettrés illustres contemporains.

Responsables

Le programme de recherche intitulé « Hommes illustres. Métamorphoses et enjeux d’un répertoire multimémoriel, Italie/Europe, 1300-1700 », lancé en 2017, est dirigé par Concetta Bianca, professeur, Università degli Studi di Firenze ; Cécile Caby, professeur, Université de Lyon II – CIHAM ; Élisabeth Crouzet-Pavan, professeur, Université de Paris IV-Sorbonne – Centre Roland Mousnier ; Clémence Revest, chargée de recherche au CNRS–Centre Roland Mousnier

Partenariat

Le programme est un programme scientifique de l’École française de Rome lancé en 2017, en partenariat avec plusieurs autres institutions :

Hommes illustres

Ce carnet de recherche est conçu pour mettre en lumière et accompagner les différents projets réalisés dans le cadre du programme de recherche intitulé « Hommes illustres. Métamorphoses et enjeux d’un répertoire multimémoriel, Italie/Europe, 1300-1700 » (rencontres scientifiques, publications, séminaires). Lancé en 2017 et porté par l’Ecole française de Rome en partenariat avec le Centre Roland Mousnier (Université Paris-Sorbonne), le Ciham (Université de Lyon II) et l’Università degli Studi di Firenze (Dipartimento di Lettere e di Filosofia), le programme fait collaborer des historiens, des littéraires, des philosophes et des historiens de l’art.