ROME, 12-13 MARS 2020 / REPORTE : ÉGLISE(S) ET VIES DES GRANDS HOMMES. LES RENOUVELLEMENTS DE LA BIOGRAPHIE RELIGIEUSE ENTRE RENAISSANCE ET REFORMES

Reporté sine die pour cause d’épidémie de coronavirus

Colloque international, Rome, 12-13 mars 2020

Programme Eglise(s) et vie des Grands Hommes

La représentation en série des « grands hommes » se déploie tous azimuts dans la production littéraire et artistique de l’Europe, entre fin du Moyen Âge et première modernité, devenant un instrument d’exaltation d’individus contemporains, une modalité d’écriture de l’histoire du temps présent et de mise en scène de la gloire et du triomphe des institutions. Loin de se cantonner aux portraits des princes et des rois, des hommes de guerre ou des lettrés et artistes laïcs, le motif des hommes illustres pénètre au cœur de l’institution ecclésiale de deux façons parallèles et souvent entrelacées :

–         D’une part, les catalogues d’hommes illustres quels qu’ils soient (recueils, cycles peints ou gravés etc.) englobent en leur sein des papes, évêques, frères et autres clercs, sans parler des hommes d’armes au service de la respublica christiana, incorporés à un titre ou à un autre aux formes de la gloire du présent ;

–         D’autre part, l’Église romaine ou certains groupes en son sein – comme les ordres religieux –, puis les différentes Églises réformées surent capter à leur profit les potentialités de cette nouvelle forme d’écriture biographique et historique qui dépassait en réalité les seules collections d’hommes illustres, pour se déployer largement dans toutes les déclinaisons de la rhétorique eulogique.

Ainsi, s’interroger sur les renouvellements de la biographie religieuse entre Renaissance et réformes permet de parcourir deux pistes d’analyse, trop souvent oubliées dans l’historiographie : l’une relative à l’évolution des formes de représentation des mondes ecclésiaux et de leur histoire au travers des portraits d’hommes illustres, l’autre attentive à la promotion des nouvelles pratiques culturelles humanistes au service de la construction et de la promotion des identités religieuses.

Dans les deux cas, les enjeux pour l’appréhension des relations entre pratiques humanistes et institution ecclésiale sont cruciaux, que ce soit à la curie romaine dès le tournant des XIVe et XVe siècles ou dans les multiples foyers de la diffusion humaniste dans l’Europe du XVIe siècle, a fortiori lorsque le motif des hommes illustres devient un instrument stratégique dans les conflits entre l’Eglise romaine et les nouvelles Eglises issues des réformes protestantes.

Dans ce cadre programmatique, diverses questions pourront être envisagées, comme par exemple :

–         De quelle façon les clercs et serviteurs de l’Eglise sont-ils incorporés dans les principales collections humanistes d’hommes illustres ? Dans quels types de contextes (discursifs, iconographiques etc.) sont-ils exaltés comme grands hommes ?

–         Par quels moyens le registre des hommes illustres fut-il acclimaté au service de l’écriture d’une l’histoire et d’une exaltation des grands hommes des églises du temps présents ? Quels rapports ce registre entretint-il avec d’autres formes de biographie religieuse, notamment l’hagiographie, et d’autres formes d’exemplarité ?

–         Quels individus ou quelles fonctions (pape, évêques, abbés ou serviteurs des prélats) ou statuts (lettrés, orateurs/prédicateurs, mystiques etc.) furent-ils choisis de préférence pour célébrer la gloire des églises ?

–         Par quels vecteurs et selon quelle chronologie ce registre s’est-il diffusé à l’échelle européenne, en particulier après le concile de Trente ou dans le cadre des nouvelles réformes protestantes ? Peut-on distinguer des modèles communs ou, au contraire, des spécificités ?

–         Comment ces modèles s’articulent-ils avec une pensée de la réforme religieuse et comment l’exaltation de la gloire présente s’articule-t-elle dans ces portraits, biographies ou catalogues biographiques religieux à celle de l’aspiration à l’unique gloire céleste ?

Avec la participation de Susanna Allès Torrent, Thierry Amalou, Concetta Bianca, Luca Boschetto, Marion Deschamp, Johannes Helmrath, Anne Huijbers, Alessandra Malquori, Antonio Manfredi, Elodie Oriol, Olivier Millet, Clémence Revest, Amedeo de Vincentiis, Philipp Zitzlsperger

Comité scientifique : C. Bianca, C. Caby, E. Crouzet-Pavan, C. Revest

Institutions partenaires : École française de Rome, CIHAM (UMR 5648), École normale supérieure de Lyon; avec la participation du Centre Roland Mousnier.


Auteur : Cécile Caby

Professeure en Histoire du Moyen Âge à l'université Lyon 2 / Lumière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.