Compte-rendu du colloque « Panthéons de la Renaissance » (Rome, EFR, 30 nov.-1er déc. 2018)

Le colloque « Panthéons de la Renaissance » organisé par Élisabeth Crouzet-Pavan (Sorbonne Université), Jean-Baptiste Delzant (Aix-Marseille Université) et Clémence Revest (CNRS) s’est tenu à l’École française de Rome les 30 novembre et 1er décembre 2018. Il s’inscrit dans le programme de recherche « Hommes illustres. Métamorphoses et enjeux d’un répertoire multimémoriel, Italie/Europe, 1300-1700 » initié en 2017 par Concetta Bianca (Université de Florence), Cécile Caby (Université Lyon 2), Elisabeth Crouzet-Pavan et Clémence Revest. Après le mot d’accueil de Pierre Savy (EFR), Clémence Revest a rappelé en introduction l’objectif de cette rencontre : proposer une vue d’ensemble des répertoires des femmes et des hommes illustres pour en comprendre les enjeux et en souligner les liens avec l’élaboration d’une conscience historique nouvelle. Ces deux journées ont permis de proposer un premier parcours entre perpétuation et mutations des répertoires du XIVe au XVIIIe siècle.

Jacqueline Cerquiglini-Toulet (Sorbonne Université) a ouvert le colloque en présentant la création du genre des femmes illustres dans le De mulieribus claris de Boccace. L’œuvre, qui innove en isolant des Vies de femmes, a donné lieu à de nombreuses traductions en France et en Europe. Elle a notamment nourri La Cité des dames de Christine de Pisan qui s’approprie les Vies de Boccace pour servir une argumentation originale et se taille ainsi une place de choix dans le genre naissant des femmes illustres. Johannes Bartuschat (Université de Zurich) a poursuivi la réflexion sur les femmes illustres à partir de la réception du De Claris mulieribus par Giuseppe Betussi qui le traduit en italien et le complète de nouvelles Vies en 1545 et 1547. Chez cet auteur, l’individualité des femmes disparaît derrière des idéaux féminins universels et conduit à une picturalisation des Vies. Les biographies de Boccace se transforment en portraits.

Dans son exposé, Aurélien Robert (CNRS) s’est attaché à étudier les Vies de philosophes dans les biographies collectives pour analyser l’évolution de ce genre entre le Moyen Âge et la Renaissance. Dans la tradition médiévale de ces recueils de Vies, dont le plus éminent représentant est Jean de Galles, le lecteur est invité à butiner dans l’enseignement de ces philosophes. Avec l’humanisme, les Vies de philosophes se réduisent et ne livrent plus le contenu de leur philosophie, mais seulement des détails biographiques. D’instruments d’étude de la philosophie antique les répertoires se muent en une sorte de « Who’s who » philosophique. Jean-Baptiste Delzant quant à lui a illustré l’utilisation des listes d’hommes illustres par les seigneurs italiens à la fin du Moyen Âge, à travers des cycles peints. Par leur ampleur en nombre et en taille, ces listes d’hommes illustres servent d’instrument pictural de promotion aux seigneurs : ceux-ci, en effet, s’attribuent des généalogies fictives et réinvestissent les vertus de modèles antiques par la seule puissance d’évocation de ces cycles, sans que les modèles soient toujours bien identifiés.

Erminia Irace (Université de Pérouse) s’est interrogée sur la façon dont Biondo Flavio dans l’Italia Illustrata (1474) crée des généalogies aux hommes d’armes. Cette œuvre, qui veut expliquer et louer l’Italie, consacre d’amples digressions aux condottières pour en faire, avec les seigneurs, les principaux protagonistes et les grands hommes contemporains de la péninsule. Afin d’approfondir l’utilisation des figures antiques par les seigneurs de la Renaissance, Marilena Caciorgna (Université de Sienne) a étudié les figures de femmes illustres dans l’art du XVIe siècle. Son analyse révèle comment les figures antiques de Thésée et d’Ariane abandonnée, reprise à la tradition ovidienne, sont réinvesties, notamment par Jean des Bandes Noires et sa mère Catherine Sforza dans un panneau de la collection Campana du musée du Petit Palais d’Avignon.

 De l’autre côté de la mer Adriatique, Luka Špoljarić (Université de Zagreb) a mis en évidence la façon dont les humanistes dalmates élaborèrent leur propre liste d’hommes illustres. Les Vies de ces hommes ont servi à créer des héros aux Dalmates pour se construire comme « nation », et plus précisément comme «nation » lettrée.  Ce mouvement a fait de la figure de saint Jérôme l’un des principaux héros du panthéon dalmate. Pour clore la première journée, Guy Le Thiec (Aix-Marseille Université) a retracé le projet du Museo de Paolo Giovo. Ce Museo n’est pas un musée au sens actuel du terme, mais une villa placée sous le patronage des muses et conçue autour d’une collection de 350 portraits d’hommes illustres, qui se veut un temple de la virtù universelle. Cette universalité est d’ailleurs marquée par l’entrée des Grands Turcs dans le répertoire.

La seconde journée s’est ouverte avec la communication de Jean Balsamo (Université de Reims) portant sur la manière dont Montaigne traite des hommes et des femmes illustres dans les Essais. Or l’auteur se révèle critique dans l’éloge des grands hommes de son temps, refusant toute idéalisation. Une figure reste néanmoins à part, celle de Marie de Gournay, l’éditrice de l’édition des Essais de 1595. Montaigne fait en effet un éloge de cette « fille d’alliance » qui est pour lui la lectrice parfaite, et à qui il prête la qualité qui est pour lui toute masculine : l’amitié. Toujours à propos de Montaigne, Philippe Desan (Université de Chicago) a détaillé la lente construction de sa gloire et sa difficile acceptation en tant qu’homme illustre. Les élites intellectuelles gardent longtemps une vision ambigüe et partagée de Montaigne, qui se voit à plusieurs reprises exclu du cercle des grands hommes, malgré le succès ses Essais parmi un lectorat « moyen ». Il faut attendre le début du XIXe siècle pour qu’il devienne un grand homme de lettres.

Au siècle suivant, Christian Jouhaud (EHESS) a présenté l’histoire du double échec d’une Vie, celle de Michel de Marillac (1563-1632), qui fut garde des Sceaux avant d’être disgracié et de mourir emprisonné. Sa Vie écrite par Lefèvre de Lezeau dans un style hagiographique, qui se concentre sur sa grande piété et non sur ses positions politiques, n’a jamais réussi à être publiée. Probablement à cause de la concurrence d’autres personnes pour qui la sainteté était plus manifeste, ou pour qui l’opposition politique était plus superbe. Michel de Marillac ne deviendra ni un saint ni un grand homme. Oded Rabinovitch (Université de Tel-Aviv) a mis en évidence le tournant que constitue le livre des Hommes illustres (1696) de Charles Perrault commandé par Michel Bégon. Cet ouvrage de cent-deux notices d’illustres Français incarne les changements d’écriture biographique de la fin du XVIIe siècle. Ce qui compte désormais, ce n’est plus tant la glorification individuelle des hommes que celle de la France. De ce fait, l’auteur prend soin de gommer certains épisodes de ces Vies, et chaque biographie est associée à un portrait, contribuant à créer un panthéon pictural français.

Catherine Kikuchi (Université de Versailles Saint-Quentin) s’est interrogée sur le succès des grands recueils d’hommes illustres, notamment ceux du Trecento, dans les programmes éditoriaux au début de l’imprimerie. De ses analyses il est apparu que le recueil de Pétrarque est quasiment absent dans l’imprimerie au XVe et au début XVIe siècle, alors que les recueils de Boccace connaissent une grande fortune éditoriale. Cette situation révèle le conservatisme des imprimeurs dans leurs choix éditoriaux. Naïma Ghermani (Université Grenoble-Alpes) a livré une étude sur les galeries d’armures incarnant les grands hommes dans l’Empire germanique. Ces armures sont mises en scène lors de parades à l’antique et dans des bâtiments construits ad hoc pour créer des galeries d’armures destinées à glorifier le corps héroïque des princes. Cette pratique atteint un sommet avec Ferdinand II de Tyrol.

Roberto Bizzocchi (Université de Pise) a clos le colloque avec une communication sur le rapport entre grandeur individuelle et collective à travers les recueils d’hommes illustres. Au XVIe siècle la fama individuelle est liée principalement à la généalogie, mais aussi à la corporation ou à la cité. Le cadre d’interprétation principal de la virtù est donc lié à la naissance. Or, ce cadre est remis en cause par les Lumières. On passe alors à la grandeur proprement individuelle. Par conséquent, la nature de cette grandeur change : ce qui compte n’est plus l’exceptionnel dont l’exemple le plus typique est le fait d’armes, mais ce qui est grand dans son utilité sociale comme les œuvres d’art.

En conclusion, Clémence Revest s’est réjoui de l’efficacité de cette rencontre transdisciplinaire et transpériodique pour appréhender les variations du répertoire des hommes illustres et l’importance qu’il a pu prendre dans les transformations du discours historique.

Éric Védrenne

Master Mondes Médiévaux, Université Lumière-Lyon 2

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.